Un article parut dans la revue télépro Nr 99 dans al rubrique vos droits, signé par Laurent Smitz, à attiré l'attention d'un de nos membres qui nous a envoyé la copie suivante. Daniel Beets a adressé un courrier à cette revue pour signaler que l'article pouvait être perçu comme ambigu de prime abord. En effet, bien que la plupart des éléments soient exacts, nous avons quand même relevé les affirmations bizarres:

En quoi le titre « Pas d’arme à la maison » est-il le reflet du contenu de l’article? En lisant l’article, il est clair que détenir une arme n’est déjà pas chose facile. Alors, pourquoi dès le titre inciter les lecteurs à prendre partie contre la détention d'armes à domicile.

Poursuivons ensuite par: « Les tristement célèbres.22 longs et autres riot gun ». Le 22 Lr est le calibre de loisir par excellence et même le calibre de l'olympisme. Voilà plus de 15 ans que la législation a changé et que les armes en 22 Lr ne sont plus en vente libre, il serait temps d'en tenir compte. Quant aux riot guns : sachez que c’est une des armes les plus efficaces pour la police et qu’en plus c’est une arme de chasse couramment utilisée dans le monde. Ce n’est que parce que certains malfaiteurs ont abusé de ce type d’arme, qu’elle est devenue politiquement incorrecte. Dans les mains de citoyens honorables, ces armes légalement détenues n’ont jamais posé problème.

La loi de 1933 a été corrigée en 1991 et a encore subi depuis diverses réformes en 1996 et en 2000/2001. Les journalistes se servent de la date de création de la loi 1933 pour faire passer auprès du grand public l'idée que ce texte serait obsolète, dépassé, inadapté à la réalité et qu'en conséquence une réforme de ce texte serait souhaitable. Les textes actuels sont très bien adaptés et place la situation belge en concordance avec la directive européenne. Elle va même au-delà de cette directive en obligeant l’enregistrement de toutes les armes y compris celle improprement qualifiée de vente libre. Il n'y a par conséquent aucune raison de vouloir réformer les textes qui en Belgique régissent la législation sur les armes si ce n'est poursuivre des motifs bassement électoralistes et populistes.

Cet article démontre fort bien comment en donnant des informations vraies, on peut par un ton, une tournure de phrase orienter l'interprétation du lecteur pour le prédisposer à penser que la détention d'armes à domicile c'est mal. 

Notre association se tient toujours à votre disposition pour plus d’informations ou pour vous assister dans votre réaction lorsque vous trouvez que des médias présentent notre activité comme quelques choses de nuisibles. la reconquête de nos droits passe par cette attention que nous devons tous avoir à ne pas laisser dire n'importe quoi sur notre passion. Merci au membre qui nous a passé l'information.


SALUTATIONS AMICALES


DANIEL BEETS

2 commentaires

J'ai lu et relu l'article de ce magazine et il est vrai qu'au premier abord il s'agit d'un quelconque article sur la détention d'armes. Mais en y voyant plus près il est tout à fait vrai que les éléments, que vous avez relevé dans votre lettre adressée à ce magazine, sont sournoisement tendancieux. C'est un genre d'intoxication qu'on remarque à peine mais qui peut influencer énormément et indirectement la façon de penser de quiconque qui n'est pas au courant de la vérité.
Bravo pour votre perspicacité et votre réaction.
Jean
Jean / mercredi 05 janvier 2005 @ 09:51 #1
Attention, ayant été "victime" du procédé plusieurs fois en tant qu'auteur d'articles dans certaines revues très comme il faut, je puis vous assurer que les journalistes ne sont pas nécessairement responsables du titre et de la présentation de leurs articles.

Cela dit, la critique formulée par Daniel est tout à fait légitime. Pour ma part, je trouve vraiment scandaleux l'usage fait par Télépro de la ponctuation dans le titre. Les points de suspension signifient "Attendez, vous allez être surpris" et le point d'exclamation veut dire "Oui, c'est vraiment aussi vieux que ça. Incroyable, hein? Le législateur se moque de votre sécurité".

À ce propos, ce n'est pas parce qu'un texte est ancien qu'il est automatiquement obsolète. Mais dans notre société où il faut tout changer tout le temps, un peu de stabilité est vite assimilé à de la fossilisation.

Cordialement,

Bernard
Invité / mercredi 05 janvier 2005 @ 09:52 #2

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.