Le président tchèque veut que les Européens puissent s’armer pour se défendre contre les terroristes

Rédigé par Jacques - 20 octobre 2017

Le président tchèque Milos Zeman a demandé devant le Conseil de l’Europe que la législation européenne concernant le port d’armes soit assouplie afin que les citoyens puissent se défendre en cas d’attaque terroriste.

Devant le Conseil de l’Europe le 10 octobre, le président tchèque Milos Zeman a fait part de son souhait de faire avancer le droit au port d’armes dans son propre pays, mais aussi en Europe.

«Que pouvons-nous faire contre la criminalité internationale ? Investir dans la police, investir dans l’armée, et avoir le courage d’investir dans nos propres armes», a ainsi déclaré le chef d’Etat. «Ma femme a un pistolet. Evidemment, elle a passé tous les tests nécessaires, mais maintenant ma femme me protège, plus seulement mes gardes du corps», a-t-il fait valoir.

Le président tchèque a proposé un système similaire à celui des Etats-Unis, où une vérification des antécédents ainsi que des tests sont nécessaires avant de pouvoir se procurer une arme à feu. «Le deuxième amendement de la Constitution américaine stipule que tout le monde à le droit de porter une arme – bien sûr, ils doivent remplir les conditions nécessaires et passer des tests», a soutenu Milos Zeman.

Le Parlement européen a voté une directive en décembre 2016, en réponse aux attaques terroristes frappant le continent, visant à renforcer le contrôle sur les armes à feu, en interdisant notamment aux civils de détenir certaines armes semi-automatiques. Or, quelques mois plus tard, en juin 2017, les députés tchèques ont approuvé un amendement constitutionnel autorisant les détenteurs légaux d’armes à feu à en faire usage pour défendre la sécurité du pays, par exemple en cas d’attaque terroriste – une loi contrevenant à la législation européenne.

En août dernier, le ministre de l’Intérieur tchèque Milan Chovanec a fait savoir que la directive de l’UE était trop sévère, et a annoncé que son pays avait engagé une action en justice contre l’institution supranationale devant la Cour de justice de l’UE.

 

Conférence sur les armes du 17/09/2017

Rédigé par Jacques - 18 septembre 2017

Le Parti Populaire a organisé ce dimanche 17 septembre 2017 à Mons une conférence ayant pour thème "La détention d'armes en Belgique".

Après le mot de bienvenue de Valérie Rasseneur, la responsable de la Province du Hainaut, c'est devant une salle comble et en présence de Mischaël Modrikamen, le Président du Parti Populaire que Daniel Beets a durant une bonne heure développé son exposé consacré à la loi sur les armes.

Ensuite s'en est suivi une séance de "questions & réponses" très constructive.

La conférence s'est terminée par un exposé de Mischaël Modrikamen qui a pu préciser la position du Parti Populaire en ce qui concerne la problématique des armes en Belgique.

 

Conférence sur les armes du 17/09/2017

 

Voici le texte de l'exposé.

Une proposition des Jeunes VLD sur le port d'arme suscite l'émoi sur les réseaux sociaux

Rédigé par Jacques - 04 août 2017

Belga jeudi 03 août 2017 à 19h27

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_une-proposition-des-jeunes-vld-sur-le-port-d-arme-suscite-l-emoi-sur-les-reseaux-sociaux?id=9675431

"Les gens devraient-ils être libres de posséder une arme pour se protéger ?"

Cette question sera débattue ce week-end lors d'un congrès d'été des Jeunes VLD à Bruxelles. Le sujet, posé sur la table par Jerry Van Echelpoel, a en tout cas suscité l'émoi sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

Les jeunes libéraux flamands se réuniront en congrès du 4 au 6 août afin de débattre de propositions, mises en avant par le bureau politique, mais aussi par les militants. Elles vont de la dépénalisation de l'avortement à la suppression des allocations familiales, en passant par la liberté de disposer d'une arme.

L'auteur de cette dernière suggestion, Jerry Van Echelpoel, la défend avec conviction. "Le gouvernement parvient de moins en moins à protéger les citoyens. Le monopole de la violence n'est plus uniquement entre les mains des services d'ordre et de l'armée. Des organisations criminelles et des terroristes parviennent toujours plus facilement à se procurer des armes sans que les citoyens puissent se défendre" estime-t-il. Le jeune libéral suggère donc que les citoyens "qui en sont capables puissent disposer d'une arme pour se défendre et protéger leur famille" avant d'ajouter que la libre possession d'arme est une "partie essentielle de la liberté individuelle" et d'une "société sûre". Cette proposition a immédiatement engendré un débat virulent sur les médias sociaux. Plus de 800 commentaires avaient déjà été publiés vers 18h00 sur la page Facebook des Jeunes Vld. Le sondage sur le réseau social compte pour l'instant plus de soutiens que d'opposants. Le président des Jeunes VLD Maurits Vande Reyde a affirmé sur Twitter que les congrès étaient l'endroit adéquat pour aborder toutes les idées, aussi celles qui sont controversées. 
 

Combien y a-t-il d’armes à feu légales qui circulent en Belgique?

Rédigé par Jacques - 24 juillet 2017

 

Info RTL du 24 juillet 2017 à 07h24 en provenance de Sudpresse 

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/combien-y-a-t-il-d-armes-a-feu-legales-qui-circulent-en-belgique--938492.aspx

Elles ont de plus en plus de succès grâce au tir récréatif qui attire de nombreux Belges. Près de la moitié des armes déclarées le sont pour être utilisées dans les stands de tir. Résultat: pour 100 personnes, on compte 6 armes déclarées.

Selon le Registre central des armes (RCA), 699.371 armes sont actuellement légalement aux mains de particuliers belges, peut-on lire ce lundi dans Sudpresse. Si on y ajoute les armes de la police (mais sans celles des militaires et armuriers), le total au 1er janvier 2017 atteint 781.419 armes déclarées, soit 10.775 de plus qu'un an plus tôt.

Près de la moitié (371.174) de ces armes sont prévues pour le tir récréatif, devant les autorisations délivrées pour le tir sportif et pour la chasse (234.425). Les collectionneurs agréés détiennent 39.070 armes déclarées.

Selon Martine Dirickx, responsable du service armes à la province de Liège, une des raisons du gonflement du registre est un attrait accru pour la pratique du tir, dans des "stands qui se modernisent", pour "se vider la tête". Tommy Leclercq, gouverneur de la province du Hainaut, indique aussi que le tir sportif a de plus en plus de succès.

 

Fil RSS des articles de cette catégorie

page 1 sur 66 suivante »