Une proposition des Jeunes VLD sur le port d'arme suscite l'émoi sur les réseaux sociaux

Rédigé par Jacques - 04 août 2017

Belga jeudi 03 août 2017 à 19h27

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_une-proposition-des-jeunes-vld-sur-le-port-d-arme-suscite-l-emoi-sur-les-reseaux-sociaux?id=9675431

"Les gens devraient-ils être libres de posséder une arme pour se protéger ?"

Cette question sera débattue ce week-end lors d'un congrès d'été des Jeunes VLD à Bruxelles. Le sujet, posé sur la table par Jerry Van Echelpoel, a en tout cas suscité l'émoi sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

Les jeunes libéraux flamands se réuniront en congrès du 4 au 6 août afin de débattre de propositions, mises en avant par le bureau politique, mais aussi par les militants. Elles vont de la dépénalisation de l'avortement à la suppression des allocations familiales, en passant par la liberté de disposer d'une arme.

L'auteur de cette dernière suggestion, Jerry Van Echelpoel, la défend avec conviction. "Le gouvernement parvient de moins en moins à protéger les citoyens. Le monopole de la violence n'est plus uniquement entre les mains des services d'ordre et de l'armée. Des organisations criminelles et des terroristes parviennent toujours plus facilement à se procurer des armes sans que les citoyens puissent se défendre" estime-t-il. Le jeune libéral suggère donc que les citoyens "qui en sont capables puissent disposer d'une arme pour se défendre et protéger leur famille" avant d'ajouter que la libre possession d'arme est une "partie essentielle de la liberté individuelle" et d'une "société sûre". Cette proposition a immédiatement engendré un débat virulent sur les médias sociaux. Plus de 800 commentaires avaient déjà été publiés vers 18h00 sur la page Facebook des Jeunes Vld. Le sondage sur le réseau social compte pour l'instant plus de soutiens que d'opposants. Le président des Jeunes VLD Maurits Vande Reyde a affirmé sur Twitter que les congrès étaient l'endroit adéquat pour aborder toutes les idées, aussi celles qui sont controversées. 
 

Combien y a-t-il d’armes à feu légales qui circulent en Belgique?

Rédigé par Jacques - 24 juillet 2017

 

Info RTL du 24 juillet 2017 à 07h24 en provenance de Sudpresse 

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/combien-y-a-t-il-d-armes-a-feu-legales-qui-circulent-en-belgique--938492.aspx

Elles ont de plus en plus de succès grâce au tir récréatif qui attire de nombreux Belges. Près de la moitié des armes déclarées le sont pour être utilisées dans les stands de tir. Résultat: pour 100 personnes, on compte 6 armes déclarées.

Selon le Registre central des armes (RCA), 699.371 armes sont actuellement légalement aux mains de particuliers belges, peut-on lire ce lundi dans Sudpresse. Si on y ajoute les armes de la police (mais sans celles des militaires et armuriers), le total au 1er janvier 2017 atteint 781.419 armes déclarées, soit 10.775 de plus qu'un an plus tôt.

Près de la moitié (371.174) de ces armes sont prévues pour le tir récréatif, devant les autorisations délivrées pour le tir sportif et pour la chasse (234.425). Les collectionneurs agréés détiennent 39.070 armes déclarées.

Selon Martine Dirickx, responsable du service armes à la province de Liège, une des raisons du gonflement du registre est un attrait accru pour la pratique du tir, dans des "stands qui se modernisent", pour "se vider la tête". Tommy Leclercq, gouverneur de la province du Hainaut, indique aussi que le tir sportif a de plus en plus de succès.

 

Les Tchèques autorisés à tirer en cas d'attaque terroriste

Rédigé par Jacques - 28 juin 2017

 

Peuple armé... peuple respecté !

Belga 28/06/2017

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-tcheques-autorises-a-tirer-en-cas-d-attaque-terroriste?id=9646587

 

 

Les députés tchèques ont approuvé mercredi un amendement constitutionnel autorisant les détenteurs légaux d'armes à feu à en faire usage pour défendre la sécurité du pays, par exemple en cas d'attaque terroriste.

Ce texte va à l'encontre d'une récente directive européenne, mal accueillie à Prague, qui vise à renforcer le contrôle des armes à feu.

Soumis par un groupe de députés de la majorité et de l'opposition, le projet a obtenu le soutien de 139 des 168 élus présents.

"Cet amendement (...) va intégrer les citoyens dans un cadre plus large des efforts visant à assurer la sécurité de la République tchèque", s'est félicité le ministre de l'Intérieur, Milan Chovanec.

Pour entrer définitivement en vigueur, le texte doit encore être approuvé par le Sénat et entériné par le président Milos Zeman.

"Ni personne, ni les institutions supranationales et intergouvernementales, n'ont le droit de dicter à un Etat souverain et démocratique comment assurer sa défense et sa sécurité", a affirmé une co-auteure du texte, Jana Cernochova, du parti d'opposition de droite ODS.

Votée à la mi-mars par le Parlement européen, la directive renforce la réglementation sur la détention légale des armes à feu, interdisant notamment aux civils certaines armes semi-automatiques.

La République tchèque a alors figuré parmi les pays poussant à ce que les règles ne soient pas trop durcies, tandis que d'autres, comme le Luxembourg et la France, auraient souhaité une législation plus restrictive.

"Nous ne voulons pas désarmer nos citoyens au moment où la situation en Europe empire en matière de sécurité", a affirmé M. Chovanec mercredi devant les députés.

"Montrez-moi une seule attaque terroriste en Europe perpétrée par une arme légalement détenue", a insisté le ministre, qui avait annoncé plus tôt ce mois-ci que Prague allait prochainement déposer une plainte auprès de la Cour de Justice de l'UE contre ces nouvelles règles européennes.

La directive avait provoqué un tollé surtout parmi les chasseurs, les tireurs sportifs et les collectionneurs. Selon M. Chovanec elle frapperait "pratiquement tous les 300.000 détenteurs légaux d'armes" en République tchèque.

 

Etats-Unis: dans le Colorado, des enseignants formés au port d'armes dans les classes

Rédigé par Jacques - 22 juin 2017

 

 

 

Des profs formés au port d'armes dans les classes !

 

AFP, publié le jeudi 22 juin 2017 à 08h48

 

Des enseignants aux Etats-Unis suivent une formation intensive de niveau policier au maniement des armes à feu dans le but d'intervenir lors d'éventuelles fusillades, et s'attirent de vives critiques d'opposants aux armes.

Près d'une vingtaine de personnes participent à cette formation de trois jours, qui se termine jeudi, sur un stand de tir mis à disposition par la police du comté de Weld, dans le Colorado (ouest). 

L'entraînement, pour lequel 20 autres personnes sont sur liste d'attente, est réalisé par des policiers en dehors de leurs heures de service, a indiqué à l'AFP Laura Carno, fondatrice de l'association conservatrice Coloradans for Civil Liberties. 

Les lois du Colorado autorisent les habitants ayant suivi une formation au maniement des armes de poing, sans casier judiciaire ou historique d'addictions, à porter des armes dissimulées, a expliqué à l'AFP Matt Turner, porte-parole du bureau du shérif du comté de Weld. Il est aussi possible de porter des armes dissimulées dans des écoles, à condition d'avoir obtenu l'autorisation du conseil d'administration. 

Désormais, les porteurs d'armes autorisés dans les établissements scolaires pourront suivre en plus ces formations intensives, financées par Coloradans for Civil Liberties, qui comprennent aussi des soins d'urgence.

"L'objectif n'est pas de remplacer la police et les personnels médicaux d'urgence mais de permettre à des professeurs, personnels administratifs et autres d'arrêter rapidement la violence dans les écoles et de prodiguer immédiatement des soins", précise le site de l'association Faster, qui organise les formations. 

Cette initiative a fait bondir les organisations en faveur du contrôle des armes: "le danger causé par l'introduction d'armes à feu dans un environnement scolaire empire lorsqu'on autorise la présence d'armes létales chargées comme le promeut Faster", dénonce Ken Toltz, de l'association Safe Campus Colorado, cité par la chaîné 9NEWS.

Le port d'armes dans les école est en hausse, selon Mme Carno: "Je connais une trentaine d'établissements scolaires où il est pratiqué, j'imagine qu'il y en a plus", surtout "dans les zones rurales où le temps d'intervention des forces de l'ordre est de 30 à 45 minutes".

"On vit dans un monde dangereux, les gens voient toutes ces terribles tragédies comme la fusillade du Pulse" à Orlando l'an dernier ou celle de Newtown, qui a fait 26 victimes dont 20 enfants dans une école primaire en 2012, justifie-t-elle.  

Elle estime que "34 Etats (américains) autorisent sous une forme ou une autre" le port d'armes dans des écoles ou campus. Le Texas, l'Utah ou l'Idaho l'autorisent pleinement, l'Arizona laissant le choix aux écoles, selon le site Armedcampuses.org, qui note toutefois que la vaste majorité des écoles et campus américains restent des zones sans armes.

Fil RSS des articles de cette catégorie

page 1 sur 66 suivante »